Au sud de l’Haut Atlas

Au sud de la crête de l’Haut Atlas souvent enneigée jusqu’en été (Toubkal 4167 m) s’étend un paysage biblique, structuré par l’homme dans des petits espaces. Qui franchit le col du Tizin-Tichka arrive, en une heure de voiture, à la fameuse Kasbah de Aït-Benhaddou. De manière pittoresque des maisons fortifiées montent sur la pente nue au sud d’une montagne à tablier. Orson Welles y a tourné des scènes de son film « Sodome et Gomorrhe ».

Près de Ouarzazate, le centre administratif de la région mais peu intéressant, le chemin se bifurque. En direction du nord-est il conduit vers la vallée du Dadès, et du sud-ouest vers celle du Drâa. Toutes les deux valent d’être visitées. La vallée du Dadès vous emmène à ses gorges et à travers celles du Todra jusqu’à l’oasis de Tafilalt. Les gorges offrent un paysage singulier, ses rochers de couleurs entre ocre et rose sont d’une beauté spectaculaire.

L’architecture berbère que l’on peut admirer dans toute la région représente un art de construction très particulier, entre lequel les Kasbahs et les Ksours. La « Kasbah » est le siège des anciens patrons qui contrôlaient l’accès à l’oasis pour protéger ses habitants des attaques des bandits. Les » Ksours » sont des villages fortifiées qui s’élèvent dans les palmeraies étendues, avec leurs tours et murs rosâtres et ocres et leurs petites fenêtres contournées de peinture blanche.